BUSCA

Links Patrocinados



Buscar por Autor
   A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z


Mémoire Meurtrière
(Berthilia)

Publicidade
Mémoire meurtrière


Comme tous les jours, à l?heure des repas, Jack Cordon absorbait ses antidépresseurs. Les médecins du centre psychiatrique le lui en avaient fait administrés parce qu?il avait tenté, dès la première semaine de son incarcération, de se suicider ; n?ayant pas supporté d?avoir fait de sa personne un meurtrier.

Durant des années, il avait avalé de nombreux comprimés, sans chercher à savoir pourquoi il les prenait. Le vieil homme les engloutissait telle une machine qu?on avait manipulée, faisant de lui un être sans force et sans pensée.

Depuis quelques jours seulement, l?un des psychiatre avait décidé de réduire la dose de son traitement. Ce dernier avait jugé que son patient était redevenu un homme calme et qu?il était à présent apte à se maîtriser.

Comme une délivrance, Jack émergea de ses dix années d?amnésie, recouvrant chaque jour un peu plus la mémoire. Il disposa, alors chaque souvenir à leur place, comme des pièces d?un long puzzle avec lequel il n?avait pas joué depuis des années ; se rappelant les instants de bonheur qu?il avait partagés avec la première jeune fille qu?il avait fréquentée, en juin 1936, lors d?une soirée organisée pour la remise des diplômes de fin d?année. Elle se nommait Lisa. Sa peau aussi blanche que celle d?un ange pareil à la couleur de la neige lui rappelait ses vacances passé à la montagne. À cette époque, ils avaient tous deux dix-sept ans et comme deux jeunes innocents, ils s?étaient juré de s?aimer pour la vie.

Brusquement, le vieil homme sursauta et sorti de ses songes. À son grand étonnement, il se vit sourire, bouche béat devant de si beaux souvenirs.

Péniblement, il essaya de se lever de son lit, forçant son vieux corps flétri à s?installer dans le fauteuil en cuir beige, que les infirmiers du centre avaient placé face à l?unique fenêtre de sa chambre; une fenêtre qu?il comparait à un magnifique tableau peint dont l?humeur du temps métamorphosait selon les saisons. Devant cet immense panoramique, de grands barreaux émaillés lui rappelaient qu?il était un prisonnier.

Tourmenté, il regarda ses mains fripées qu?il maudissait parce qu?elles ne lui étaient plus d?aucune utilité. Il se savait chirurgien mais, faute de ne plus pouvoir pratiquer, il préférait ne pas s?attarder sur cette pensée. Il ferma les yeux, effrayé de trop se souvenir du grand chirurgien qu?il était autrefois. Il excellait dans sa profession.

Une semaine s?était écoulée, sa Mémoire quelque peu encore défaillante lui jouait par moments d?agréable surprise. Comme par enchantement, il vit défiler devant ses yeux sa jeune vie. Il se souvint de sa première bicyclette bleue, que ses parents lui avaient offert, pour son douzième anniversaire. C?était un dimanche, après la messe. Sa mère, Louise Cordon était restée seule à la maison, sous prétexte qu?elle avait un horrible mal de tête. Son père, quant à lui, l?avait accompagné à et s?était bien tenu de dévoiler la surprise qui lui était réservée.

Pour chaque souvenir, il marqua un temps d?arrêt, par désir ou par culpabilité de vouloir photographier tous ces instants retrouvés.

Une nuit, alors que le vieil homme dormait paisiblement, le claquement d?une porte voisine le fit tressaillir. Terrifié, il regarda autour de lui puis comme un éclair frappant sa mémoire, il aperçut une ombre floue et troublante ; belle et élancée. Qu?il identifiât à celle d?une silhouette d?une femme. En une fraction de seconde, elle disparaissait dans le noir, le laissant effaré. Dès lors, il s?obstina chaque jour à se remémorer l?image déroutante de celle qu?il avait cru un jour croisé sur sa route.

Ses plus profonds souvenirs, lui revint en mémoire. La représentation de cette femme, lui apparu clairement. Six ans auparavant, il l?avait rencontré au Rockfeller Institut Hôpital de New York, elle était sa patiente. Assis dans son fauteuil, la tête entre ses deux mains, Jack se torturait l?esprit.

« Pauvre être inconscient, pensa-t-il en lui même.

- Ma vie fait peine à voir. »

Le soir du 13 Novembre 1969, la jeune femme se trouvait anesthésiée sur sa table d?opération. Il devait l?opéré d?une hernie. Brutalement, le c?ur de la jeune femme cessa de battre. Déjà, très affaiblie par l?opération, elle décéda entre les mains du chirurgien. Elle était à peine âgée de vingt-huit ans. Inculpé pour faute grave professionnelle et non insistance sur personne en danger, le docteur Jack Cordon fut condamné à cinquante ans de réclusion criminelle. Depuis ce jour, il avait sombré dans une grande dépression ce qui l?avait conduit à être amnésique.

Aujourd?hui, recouvrant entièrement la mémoire, le choc de ce douloureux souvenir l?affola. Paniqué, il suffoquait. Sa respiration lui manquait. Son vieux c?ur usé par ces quinze longues années d?emprisonnement se déchira violemment.

Le lendemain matin, à l?heure où il ingurgitait son traitement, l?un des médecin de centre carcéral psychiatrique, le trouva inerte sur son fauteuil. Le visage pleinement détendu, il avait enfin retrouvé la paix et sa sérénité.



Resumos Relacionados


- Internet

- Le Vieil Homme Et La Mer

- Miss Harriet

- Extrait

- Des Vacances Pas Très Drole.



Passei.com.br | Portal da Programação | Biografias

FACEBOOK


PUBLICIDADE




encyclopedia